5 stratégies d’énergie verte adoptées pour sauver la planète

Des voitures sans carburant à l’électricité produite par les vagues, en passant par les stratégies environnementales et les panneaux solaires portables… Voici 5 stratégies énergétiques éco-durables que certains pays ont adoptées pour aider la planète.

1. D’ici 2025, seules les voitures électriques aux Pays-Bas

Aux Pays-Bas, après la présentation de la Model 3 de Tesla, une voiture fonctionnant à l’électricité, il est envisagé d’interdire la production et la vente de nouvelles voitures diesel et à essence à partir de 2025. L’idée est en effet de remplacer les carburants par de l’électricité.

Il s’agit d’une motion présentée par certains députés du parti travailliste néerlandais, et approuvée par la majorité de la Tweede Kamer, c’est-à-dire la chambre basse ou deuxième chambre du Parlement néerlandais.

C’est le premier pas vers l’interdiction de toutes les voitures qui ne sont pas à émission zéro et le premier exemple à travers l’Europe.

Inutile de dire que cela a suscité de nombreuses réactions à l’intérieur et à l’extérieur du parti. Le Premier ministre s’est défendu en affirmant que seulement 15% de toutes les voitures pourront être électriques d’ici 2025 et qu’un résultat plus élevé sera extrêmement difficile, voire improbable.

En tout cas, ce n’est pas le premier débat qui se pose, déjà à Paris il était question d’interdire tous les véhicules. Et ce n’est même pas le premier exemple. Récemment, la municipalité de Paris a voulu interdire l’entrée dans la ville à tous les véhicules immatriculés avant 2000. Hambourg sera la première ville européenne dont le centre sera totalement dépourvu de voitures. Suivront Helsinki et Oslo, qui se concentreront sur les véhicules électriques.

Entre-temps, l’Inde a également affirmé que des voitures électriques seraient produites d’ici 2030. Mais cela reste pour l’instant un grand dessein idéologique, car le pays doit d’abord pourvoir aux problèmes environnementaux et énergétiques qui l’accablent depuis de nombreuses régions autour de Delhi.

2. La Suède s’appuie sur l’hydroélectricité

L’annonce a été faite par la société qui construit le système, Sotenas Wave Energy, au large de la côte ouest du pays. L’énergie provient du potentiel gravitationnel entre le câble et la crête, ou du différentiel qu’il crée lors de son passage.

Pour fonctionner, le système nécessite un convertisseur d’énergie de type Point Absorver : il fonctionne en exploitant la montée et la descente d’un objet flottant qui actionne une pompe hydraulique lors du passage de la vague. Le progrès de la technologie pour l’exploitation des ressources en eau est très important. Il suffit de dire que le potentiel du mouvement des vagues est estimé à environ 30.00TWh/an et la création potentielle de 20.000 emplois du développement du secteur de l’énergie marine d’ici 2030.

3. Le Costa Rica supprime les combustibles fossiles

Le Costa Rica se prépare à abolir les combustibles fossiles, puisque 75 jours durant, toutes les ampoules sont allumées grâce à des sources renouvelables. L’information a été donnée par le journal “Independent” qui souligne la conspiration en faveur de ce résultat. Les pluies et l’énergie géothermique ont favorisé l’inondation des centrales électriques, assurant ainsi le développement d’une énergie plus propre.

” La Suisse d’Amérique ” partant d’une situation pas facile a choisi un modèle de développement économique qui la met au niveau des économies les plus brillantes.

Il a fait le pari de devenir neutre en carbone d’ici 2021 en misant sur les biocarburants, les véhicules hybrides et les sources renouvelables ainsi que sur une fiscalité qui décourage la pollution et récompense le travail.

Une autre stratégie consiste à maintenir le patrimoine forestier (l’un des plus protégés au monde) et à développer l’économie verte.

4. Le Danemark et le record de l’énergie éolienne

Ce petit État, qui a été l’un des pionniers de l’énergie éolienne dans la “préhistoire” des années 1970 (depuis lors, en effet, de nombreuses avancées ont été réalisées dans le secteur des énergies renouvelables), produit plus d’énergie éolienne qu’il ne peut en consommer. Ce n’est certainement pas une nouveauté pour ce pays, mais il est un fait que le petit Danemark évolue vers des situations de ce type même pendant les jours ouvrables et, par conséquent, vers une exportation croissante de cette énergie propre vers l’Allemagne voisine.

En 2014, les Danois ont produit 39 % de leur électricité à partir du vent, un record mondial. Ce pourcentage n’est pas un pic, mais la moyenne sur l’ensemble de l’année. En 2015, ils ont amélioré leur propre record, avec 42 i énergies d’origine éolienne, produites principalement au Jutland et à Funen, dans l’ouest du pays.

Selon la compagnie danoise Energinet, qui exploite le réseau électrique national, il s’agit du pourcentage le plus élevé jamais atteint non seulement au Danemark, mais dans le monde entier.

Depuis environ deux mois, les Danois produisent un excédent d’énergie qu’ils vendent à leurs voisins norvégiens, suédois et allemands. Par exemple, le 10 juillet 2015, ils ont proposé 140 i d’énergie éolienne. En contrepartie, en cas de besoin, le Danemark importait de l’énergie hydraulique de Norvège et de l’énergie solaire d’Allemagne. Tout le monde est gagnant.

Pour le Danemark, l’énergie éolienne représente également beaucoup sur le plan économique. Actuellement, 9 plateformes offshore sur 10 dans le monde sont fabriquées au Danemark. Ce qui a donné naissance à de nombreuses entreprises de premier plan telles que Vestas et Siemens Wind Power, qui continuent de se maintenir dans l’un des pays où la pression fiscale est la plus élevée de la planète, où les droits des travailleurs sont sacrés et où les discussions sur l’article 18 ne sont rien d’autre que des discussions ésotériques de pays encore plongés dans l’ère des combustibles fossiles.

5. La révolution des panneaux solaires imprimables

Ils peuvent produire de l’énergie pour la maison, mais aussi pour des accessoires plus petits comme les smartphones et les ordinateurs portables. Ce sont les nouvelles cellules solaires issues des travaux d’un groupe de chercheurs australiens qui ont inventé une “encre solaire” imprimable sur une surface et capable de générer de l’énergie renouvelable. Cela est proche de la commercialisation après les résultats positifs d’une série d’expériences.

L’encre est capable de capter la lumière du soleil et de la convertir en électricité. La technologie a été mise au point par un consortium comprenant l’Institut national de recherche Csiro et deux universités de Melbourne, dans lequel ont travaillé 50 chercheurs, dont des chimistes, des physiciens et des ingénieurs.

La recherche, qui a débuté en 2007 au Victorian Organic Solar Cell Consortium, est presque terminée. Dans l’institut de recherche ont déjà été réalisés quelques prototypes qui ont testé sur les toits du Csiro pendant dix-huit mois. Les résultats optimaux donnent espoir aux chercheurs dans la possibilité de développer l’invention à une échelle commerciale et à grande échelle. Si cela devait se produire, le secteur solaire connaîtrait un grand changement et, compte tenu des prémisses des premières expériences, sa diffusion augmenterait considérablement.

Il s’agit sans aucun doute d’opportunités qu’il serait agréable de pouvoir utiliser une fois que tous les inconvénients bureaucratiques et économiques constamment parlés auront été éliminés.