Les Européens sont-ils écotouristiques ?

Nous sommes nombreux à savoir que le réchauffement climatique et la pollution mettent en danger la vie de notre planète. Mais combien sont conscients de l’impact de leurs voyages sur l’environnement ? Et, d’un point de vue plus pratique, combien de personnes choisissent des moyens de transport moins polluants ou un hébergement éco-responsable lorsqu’elles planifient leurs vacances ?

Une enquête récente décrit l’identité de l'”éco-touriste” européen. L’enquête, réalisée par Opodo (agence de voyage en ligne), montre les chiffres de cette tendance croissante en Europe, mais diversifiée dans les différents pays.

La majorité des Européens choisissent des services écologiques

L’enquête, menée auprès de près de 2000 utilisateurs européens, nous a permis de découvrir que 7 Européens sur 10 sont prêts à prendre toutes les mesures nécessaires pour économiser de l’énergie, même lorsqu’ils séjournent à l’hôtel (comme éteindre systématiquement les lumières, ne pas changer les serviettes tous les jours, etc.)

La donnée la plus intéressante est certainement que 70 des participants se déclarent prêts à dépenser plus pour bénéficier de services écologiques pendant leurs vacances. Selon l’enquête, les Allemands sont les plus respectueux de l’environnement, tandis que les Italiens sont les moins attentifs au thème de l’écologie.

En fait, 76 % des Allemands se disent prêts à dépenser plus pour bénéficier de services écologiques pendant leurs vacances. Le pourcentage tombe à 66% chez les Britanniques et les Français, et à 47% chez les Italiens. 27% des Français sont également prêts à dépenser plus pour séjourner dans un éco-hôtel.

Il y a encore beaucoup à faire sur la question des transports. Même s’il représente la principale cause de production de C02 du Tourisme, seuls 17 des interviewés déclarent s’inquiéter de l’impact que le transport peut avoir sur l’environnement et choisissent donc les transports publics, le train, le vélo ou les transports locaux (comme le tuck-tuck) pour moins polluer et s’imprégner des usages et coutumes typiques du lieu de vacances.

Le plus écologique ? Français et Allemands

Selon l’enquête, les Européens sont de plus en plus conscients de l’importance de l’environnement, tant pendant les vacances qu’une fois rentrés chez eux.

98% des Français et 97% des Allemands ont déclaré être attentifs au recyclage des déchets et aux économies d’eau et d’énergie. Le pourcentage est plus faible chez les Britanniques (86%) et, plus encore, chez les Italiens (73%).

Cependant, les Britanniques et les Italiens sont meilleurs en matière de recyclage : la même enquête indique que les Britanniques sont ceux qui recyclent le plus (60%), suivis des Italiens (52%), des Allemands et des Français (32%).

En vacances, les Allemands choisissent le vélo, les Français la nourriture bio

Pour devenir encore plus écotouristes, nous pouvons apprendre des Allemands, en ce qui concerne l’utilisation des vélos, et des Français pour le choix d’aliments biologiques et km0.

Selon l’enquête, en effet, le vélo est l’activité écologique préférée des Allemands (21%), suivis des Britanniques (14%), des Français (13%) et enfin des Italiens (5%).

En revanche, ce sont les Français qui ont une habitude assez répandue de choisir des produits alimentaires locaux, de saison et issus de l’agriculture biologique (11%). Ce choix ne semble pas avoir affecté les habitudes alimentaires des Italiens interrogés.

Écotourisme : les femmes sont les plus engagées

Selon l’enquête, le profil de l’éco-touriste européen est majoritairement féminin (65%) et âgé de moins de 45 ans (64%). Ces données montrent une plus grande attention et une participation active des nouvelles générations à la défense et à la préservation de la nature.

La plupart d’entre eux sont des couples sans enfants, qui ont l’argent nécessaire pour investir dans la protection de l’environnement, et qui ne sont pas liés par les besoins de leurs enfants. Dans les familles, en revanche, l’attention portée à l’environnement est moindre : seule une personne sur quatre déclare se sentir concernée par cette question.

En ce qui concerne la nationalité, il n’est pas nouveau de découvrir que les Allemands sont les plus respectueux de l’environnement. Alors que ceux qui montrent moins d’attention au thème écologique sont les Italiens.